fbpx

L’article ci-dessous est la version française d’un article que j’ai écrit en version originale anglaise en aoùt 2018.

La production d’électricité par les bactéries est un sujet qui m’intéresse depuis longtemps, depuis avant même que je n’eu commencé à écrire Conquerors of K’Tara (la version originale anglaise de L’Épopée de K’Tara). Bien sûr, nous, les humains, sommes également capables de générer de l’électricité, mais notre corps le fait « uniquement » pour envoyer des messages d’un bout à l’autre via les cellules du système nerveux, et les courants que nous produisons sont tout-à-fait insignifiants. Nous sommes également capables d’échanges électriques lorsque nous subissons des décharges électrostatiques, mais celles-ci sont faibles et ne peuvent pas être utilisées pour nous « charger de pouvoirs électriques. » Les anguilles électriques, par contre, peuvent générer de puissants courants qu’elles transfèrent dans l’environnement pour se défendre.

Des bactéries telles que Shewanella oneidensis MR-1 sont capables de bien plus que cela; elles peuvent s’alimenter d’électrons qu’elle tirent de l’environnement pour ensuite renvoyer du courant dans l’environnement (voir l’article ici), et elles peuvent même échanger ces courants électriques avec leurs voisines. Cette capacité des micro-organismes bioélectriques à s’alimenter en courants électriques est une découverte extraordinaire et passionnante qui remonte à 1911, mais ce n’est que récemment que la communauté scientifique a commencé à l’étudier sérieusement. En fait, les scientifiques de la NASA étudient désormais activement la possibilité d’utiliser les bactéries pour propulser les vaisseaux spatiauxs ou les opérations de traitement des eaux usées pour des missions spatiales (voir l’article ici).

Les microbes sont si petits; nous en avons environ 100 trillions sur et dans notre corps. Si les bactéries bioélectriques pouvaient faire partie de notre flore microbienne, pourraient-elles alimenter notre corps en energie? nous donner la capacité de concentrer et de transférer un courant vers des objets extérieurs à notre corps? Cette idée est à la base de l’un des pouvoirs des Lux Baiulae et des Luxori de L’Épopée de K’Tara).

LADP.